Social Selling sur LinkedIn : Attention au « pétage de bretelles » !

Social Selling sur LinkedIn Attention pétage bretelles

…Mais le “pétage de bretelles”, c’est quoi au juste ? 
Déjà, c’est une expression québécoise 🙂
 
Mais c’est aussi, sur les réseaux sociaux, votre site Web ou blogue, le fait de publier du contenu nombriliste, promotionnel, auto-centré… Sur un mode d’autosatisfaction vraiment marqué. 
Quelques bons exemples – bien éculés, bien bateau hein, c’est bien plus parlant comme ça – de contenu “Pétage de Bretelles”, sous forme de titres d’articles : 
  • Nous venons de remporter le prix du meilleur employeur 2017
  • Nous franchissons le cap des 25 ans !
  • Découvrez notre toute nouvelle piscine brevetée, le TOP de la technologie
  • 95% de nos clients se déclarent “totalement satisfaits”
  • Pourquoi vous ne pourrez plus vous passer de nous
  • Un plateau téléphonique de 50 collaborateurs compétents à votre écoute
  • Etc. etc
Pourquoi ce n’est pas bien ? Parce que l’immense majorité de vos contacts n’y prêtera absolument aucune attention. 
Juste parce que, en termes de parcours de réflexion / parcours d’achat, ils n’en sont tout simplement pas là.
Vous pensez apporter du bon contenu ? Et bien non, vous faites du remplissage.
 
Pour autant, faut-il totalement bannir le contenu “pétage de bretelles” ?? 
 
La réponse est non. Parce que cela intéresse bien évidemment les prospects qui en sont au stade “OK j’y vais, j’achète”.Mais qui hésitent encore entre acheter chez vous ou acheter de votre concurrence.  Votre contenu “pétage de bretelles” peut être – DOIT être – interprété comme un avantage concurrentiel qui fera pencher la balance en votre faveur.
 
Donc demandez-vous quels sont vos avantages concurrentiels, exactement, listez-les, et traduisez-les en typologies de contenu. Qui pourront à leur tour être déclinés sous formes d’angles. Vous pourrez ainsi tenir la distance. 
Banissez les idées de contenu qui : 
  • Soit ne correspondent à aucun avantage concurrentiel. Comprendre = Cela ne fera aucune différence pour le client qui achètera votre produit ou service (par exemple « Nous venons  de doubler notre surface pour construire un nouvel entrepôt »)
  • Soit correspondent à un avantage concurrentiel qui… n’en n’est pas vraiment un, puisque vos concurrents ont exactement le même 
Pour terminer, il faut bien comprendre que le contenu “pétage de bretelles” ne génèrera en général que peu de viralité. Puisque seuls les contact en mode Achat le remarqueront.
2 exemples très concerts issus de mon activité récente.
 
 
Social Selling sur LinkedIn Attention pétage bretelles
 
N’a généré – en 2 mois – que 171 vues, 6 likes, 3 commentaires.
Bref, il faut être réaliste, tout le monde s’en moque que je sois certifié. Les chiffres le prouvent bien. Ca n’intéresse pas grand monde…
Oui mais non, ça intéresse quand même un peu. Et les bons contacts. Certaines demandes de devis sont arrivées durant l’été via des responsables RH pour qui ce point est important, est un véritable élément différenciant. Ils me disent qu’ils l’ont lu, cet article, que cela a contribué à les convaincre. J’ai donc vraiment bien fait de le publier sur LinkedIn. Ne pas le faire eut été une erreur.
 
Maintenant, on change de braquet, mon article “LinkedIn : Une fonctionnalité géniale fait son retour !”
 
Social Selling sur LinkedIn Attention pétage bretelles
 
A généré sur LinkedIn en 2 semaines près de 4000 vues, 239 likes, 17 commentaires.
Un petit buzz sympa, quoi. Plutôt dans le haut du panier de ce que j’obtiens régulièrement.
Mais qui ne correspond pas du tout au contexte des contacts en mode achat.
 
Par contre, cela “colle” bien à ce qui intéresse / préoccupe l’ensemble des utilisateurs de LinkedIn. Au moins pour ceux, et ils sont de plus en plus nombreux, pour qui ce réseau est vraiment utile.
Cet article en mode Contribution (rendre service avec une info toute nouvelle et utile) permet d’optimiser  sa Visibilité et de faire, en quelque sorte, de la captation d’attention bien en amont.
 
Donc, moralité, il faut savoir panacher. Et se baser sur les étapes du processus de réflexion – qui devient processus d’achat – de nos cibles.
Un fondamental du Social Selling, selon moi.