Comment j’ai osé faire ma PROMO sur LinkedIn en 2017

Comment jai osé faire PROMO sur LinkedIn 2017

CECI EST MON MEA CULPA
Les faits sont là. Et ils sont accablants.
En 2017, je me suis livré à plusieurs séances d’auto-promo sur LinkedIn.
 
Ou encore, mais de manière plus indirecte : “Social Selling, alerte au Pétage de Bretelles !”
 
Mais comment en suis-je venu à pareille extrémité ??
À faire ce que les experts en Social Selling estiment absolument / totalement INACCEPTABLE !! : Dire ouvertement et très explicitement au sein d’un post ou article LinkedIn ce que l’on vend !!
 
Que s’est-il passé ?? Comment expliquer ce comportement déviant ?
  • Les séquelles d’un traumatisme subi durant mon enfance ?
  • Une perversion dont je n’avais jusqu’ici aucune conscience ??
  • Un subconscient destructeur qui me pousse à l’auto-sabotage ??
  • Je suis la réincarnation d’un publicitaire occidental des années 50-60, fanatique de push à outrance ?
Mais en tout cas justice est faite, je me suis fait dégommer. Et je l’ai bien mérité.
Parce qu’évidemment, inévitablement, la patrouille du « bien concevoir le Social Selling” m’a rattrapé, les gardiens du dogme ont su me punir
Merci donc à l’auteur – que je ne nommerai pas – de ce commentaire public sur l’un de mes derniers posts délinquants LinkedIn, je cite : “…C’est de la pub pour tes formations”. Oui je l’avoue, c’était un peu l’idée. Mea Culpa donc.
Du coup je pense organiser un point de presse pour annoncer mon intention de me retirer définitivement du Web Social et du Social Selling !
 
Mais cela dit, blague à part, la question je pense mérite d’être posée : Devrait-on vraiment bannir toute forme d’auto-promotion de notre activité LinkedIn ??
 
…Quel est votre avis là-dessus ?
Pour vous aider, je vous invite à vous référer au Théorème d’Aguilar, formulé par Michael Aguilar pas plus tard qu’en septembre dernier (dans cet article-ci ; article dans lequel en passant Michael me mentionne – merci pour cette promo Michael – c’est sympa de faire son auto-promo de manière indirecte par promoteur interposé, perso j’adore ce type de mayonnaise virale, hein…). 
Mais bref, revenons à (notre promo) nos moutons, pour Michael Aguilar donc un contenu ne devrait être publié sur LinkedIn que s’il satisfait à au moins 1 de ces 3 critères : 
  1. Communique une information utile / pratique aux lecteurs
  2. Susceptible de les faire rire ou sourire (les lecteurs)
  3. Permet à son réseau de réfléchir afin de pouvoir évoluer
En se basant sur ces idées, hypothèse, on pourrait imaginer tolérer un pourcentage (faible) de promo au sein d’un article si et seulement s’il est marginal  Vs l’un des 3 ingrédients ?
Si par exemple mon article de 500 mots contient 3/4 d’infos vraiment utiles, alors on peut accepter que le quart restant sera de la promo ?…Autrement dit, en faisant l’effort d’être utile et pertinent on gagne le droit à un peu d’auto-promo ?? 
…C’est un peu comme cela que je vois les choses, en tout cas. Jamais je ne me permettrai de publier un article qui ne serait QUE de la promo ! J’ai toujours cherché à Contribuer avant de Promouvoir. Pour moi ce n’est juste pas négociable.
 
Sur cette base de réflexion, je vous pose 3 questions : 
  • Alors, oui ou non, devrait-on ne jamais faire d’auto-promo ?
  • Quel est le bon dosage promo Vs pure Contribution ?
  • Quelle forme cette promo devrait idéalement prendre ? Et vous faites comment, vous, de votre côté ?? Quelles sont vos techniques ?
En tout cas, voici ce que personnellement je pense : Il est aussi stupide de n’en faire jamais que de ne faire que ça.
Parce que, à un moment donné, le prospect qui a lu un ou plusieurs de nos articles, qui arrive à maturité dans son parcours d’achat – c’est à dire qu’il est prêt à passer à l’acte d’acheter –  il sera peut-être content d’accéder rapidement et facilement à de l’info claire sur ce que l’on peut lui proposer. Pourquoi ne pas lui faciliter la vie ? …OK OK, vous allez me dire “si le contenu est vraiment bon, vraiment pointu, spontanément il googlera notre nom, et il trouvera nos coordonnées”, certes. Mais… S’il n’ pas le temps, si ça lui sort de la tête ?? C’est quand même ballot de perdre un lead alors qu’on était à ça d’y arriver, non ?
 
Ne soyons pas hypocrites ; Sommes-nous actifs sur LinkedIn et ailleurs dans un but totalement désinteressé, en cherchant à aider sans attendre rien du tout en retour ?
…Evidemment non, derrière tout cela nous avons un business à faire tourner, à faire grandir.  Quelque part nous sommes en permanence en train de faire notre promotion ; nous vendons sans vendre, en tentant de maîtriser l’art délicat de parler de soi sans vraiment parler de soi ! Une forme de schizophrénie en somme (une autre idée de Michael, j’ai échangé avec lui vendredi dernier en préparant cet article), qu’il faudra assumer et surtout calculer, doser.
C’est la qualité de ce calcul qui déterminera la performance du dispositif.
 
Alors, votre avis ?? Le bon dosage ? Les meilleures pratiques ??
Vous faites comment, de votre côté ??