Instagram, pour quoi faire ?

Instagram, pour quoi faire

Cela ne vous aura certainement pas échappé, nous sommes à l’époque de l’Image. Et le réseau social de l’Image, par excellence, c’est Instagram. LE réseau du visuel, mais aussi de la vidéo à condition qu’elle ne dépasse pas 1 minute.

Instagram progresse très fortement depuis quelques années.  Si Instagram est beaucoup utilisée pour des usages privés, les entreprises l’intègrent néanmoins de plus en plus au sein de leurs pratiques quotidiennes, de leurs stratégies de communication digitale. Vous avez donc sans doute des cartes à jouer pour utiliser Instagram dans un contexte professionnel !

Un peu d’histoire : L’application Instagram, est née en octobre 2010, à l’initiative d’un certain Kevin Systrom, un passionné de photographie. A l’origine c’était essentiellement un outil de prise et surtout de retouche photo. C’est comme cela que, personnellement, j’ai découvert à l’époque cette nouvelle plateforme.
 
Instagram permettait – et permet toujours – de transformer des clichés médiocres en clichés plus esthétiques grâce à un certain nombre de filtres – des filtres qui jouent sur les contrastes, la balance des blancs, qui peuvent donner un aspect plus “vintage” …  – et puis de les partager à ses abonnés. Instagram c’était un peu “la photographie en 2 minutes
Ensuite – devinez quoi – croissance fulgurante, et rachat par Facebook en avril 2012. Qui y a ajouté de nombreuses fonctionnalités depuis, inspirées de Snapchat. L’identité du réseau, du coup, a évolué ; elle  intègre aujourd’hui une dimension professionnelle qu’elle n’avait pas vraiment à ses débuts.
En 2019, Instagram revendique plus de 1 milliard de comptes dans le monde. Et plus de 7 millions de visites par jour rien qu’en France. Essentiellement du fait de jeunes de moins de 30 ans.
 
Instagram, c’est un peu le Twitter de l’Image. Mais de l’image avec un certain angle, une certaine recherche esthétique.
Nombre d’utilisateurs – et plus particulièrement les “people” ou “influenceurs” – s’en servent pour faire du “personal branding” :  illustrer ce qui se passe dans leur vie, les temps forts de leur quotidien. D’autres s’en servent simplement pour échanger avec leurs proches. La fonction de messagerie est en effet de plus en plus utilisée.
L’utilisateur typique anime son Instagram en flux continu, et cherche à avoir le maximum de likes, en priorité, et d’abonnés.
 
Instagram a repris la mécanique de Twitter, cette mécanique verticale avec ses abonnements en amont, ses abonnés en aval. Et également l’usage des hashtags – qui sont absolument déterminants sur ce réseau pour avoir de la visibilité. Par contre les “mécanismes viraux”, ces dispositifs qui permettent de propager l’information, ici donc des photos ou des vidéos, sont moins développés qu’ailleurs. On y reviendra.
 
Boomerang Conseil propose des formations Instagram, et le programme de formation est juste ici 🙂