Et si on ubérisait le Gouvernement ?

uber-logo
 
Je ne sais pas pour vous, mais nos dirigeants me font penser à certains chauffeurs de taxi, ceux-là même qui sont  – en partie – reponsables de l’émergence et du succès d’Uber ; vous savez, ces chauffeurs plutôt bougons, pas vraiment orientés client, enfermés dans leur bulle… Et chers ! 
 
 Alors nos gouvernants, ces chers professionnels de la politique, passés maîtres dans l’art de manier et de mettre en scène les idées – et pas vraiment dans celui de les appliquer… Vont peut-être finir par se faire ubériser. Un fantasme que j’ai, comme ça, une idée qui me trotte dans la tête depuis quelques temps. Une idée probablement absurde, et sans doute synonyme de marasme absolu – immédiatement on pense aux horreurs décrites dans des films comme Matrix ou Terminator – mais peut-être aussi synonyme de renouveau de la Démocratie ? Un dispositif de prise directe, de vraie représentativité ? Après tout, sur le plan purement technologique, est-ce envisageable ? La réponse est oui. 
 
Mais revenons à la définition du verbe “ubériser”, histoire de prendre un peu de recul. Définition issue de Wikipédia : « L’uberisation (ou ubérisation) décrit un phénomène récent dans le domaine de l’économie, consistant en une tendance, pour les consommateurs et clients, à recourir à des services à bas prix. Les ressorts technologiques en sont la généralisation du haut débit, des smartphones et de la géolocalisation« 
 
Peut-on dire que le fait d’administrer un pays par l’entremise d’un gouvernement et de son administration est un service ? Oui, un service rendu aux citoyens, un service qui leur permet en échange d’un abonnement impôt de mener une vie correcte au sens occidental du terme : gagner sa vie, fonder une famille, et puis s’épanouir sur tous les plans… À ce point-ci de mon exposé je vous renvoie fatalement à la Pyramide de Maslow, qui cherche à décrire la hiérarchie des besoins humains. Et qui n’a plus tout à fait la même tête en 2015. D’où le lien, ici aussi, avec Uber.
 
Maslow - WiFi - Battery
 

Bref, peut-on dire maintenant que le service rendu aux citoyens par son gouvernement est optimal ?? Pas sûr, preuve en est le résultat des dernières élections, vote sanction, désavoeu massif et sans appel.
À l’évidence, il y a quelque chose qui cloche au royaume de la Vème République (et j’écris “royaume » à dessein, notre système s’apparente davantage à une oligarchie qu’à une pure et vraie démocratie au sens Grec du terme, non ?) 
Quelle solution ? Changer de gouvernants, passer d’une équipe de politicards politiques professionnels à une autre équipe de politiques professionnels ?? Laquelle sera tout comme la précédente inscrite à la marge de notre réalité, préoccupée avant tout, comme notre bon vieux chauffeur de taxi has-been, par son propre parcours, son propre confort de vie ?? Avec une courroie de transmission aux abonnés absents ?
 
 Alors je regarde l’écran de mon smartphone, je songe aux possibilités offertes par toutes ces applications qui nous rendent service au quotidien, je me dis que la Démocratie du XXIème siècle – celle qui renouera avec la réalité de nos concitoyens et qui « fera son job” de manière à la fois raisonnable et citoyenne – passera peut-être par une petite icône “ Démocratie Directe », logée au coeur de nos écrans…
 
Comment précisément, honnêtement je n’en sais rien. Mais je fais comme vous, confronté au marasme et à l’impasse, je cherche des réponses.